Vendredi 25 janvier 2013 5 25 /01 /Jan /2013 15:57

            Ce vendredi, un peu avant dix heures, j’arrive à la Halle aux Toiles afin de profiter au mieux du premier jour de la vente de livres du Secours Pop, retrouvant devant la porte les habituels bouquinistes officiels ou clandestins, tous prêt à bondir. A l’intérieur, les membres de l’œuvre de charité s’emploient aux derniers préparatifs. L’un d’eux ouvre à l’heure dite.

            La difficulté n’est pas seulement d’avoir des concurrents, c’est aussi de ne pouvoir être partout en même temps. Je me débrouille au mieux, ayant bientôt dans mon sac plusieurs livres à mon goût dont la Correspondance de Cézanne (Grasset) et Ma vie avec Gertrude Stein d’Alice B. Toklas (Anatolia/Le Rocher).

            Certains se chargent comme des bœufs, portant à bout de bras un cageot en plastique prêté par l’association. Cela ne les empêche pas de râler, l’un disant qu’il y a là trop de livres venant de bibliothèques et donc défigurés par différentes étiquettes et un code barre rajouté, un autre soupçonnant que certains ayant des connaissances ici se soient servis avant l’ouverture des portes.

            Je suis d’un calme étonnant, ne me chamaillant ni avec les autres acheteurs, ni avec les dames qui me donnent un ticket en échange de mes livres que je dois aller payer ailleurs avant de pourvoir les récupérer.

            J’y repasse en début d’après-midi, arrivant avec un sac de livres dont je veux me débarrasser. Je les donne à l’un des hommes à la caisse. Il me remercie chaleureusement, mais je ne le mérite pas, ce sont des livres qu’aucun bouquiniste n’a voulu me racheter.

            Je fais une nouvelle fois le tour des tables, repart avec quelques livres, passe par La Poste où j’ai à faire et y fais sonner le portique, sans doute l’un des livres en est-il la cause, mais personne ne me demande rien.

*

            Suite à l’affaire du mercaptan échappé, Air Normand communique : « Air Normand a souhaité renforcer sa surveillance vis-à-vis des émanations à caractère exceptionnel de l’entreprise Lubrizol qui poursuit ses opérations de neutralisation durant encore quelques jours. Ne  possédant pas de matériel adapté, Air Normand a sollicité ses collègues d’Air Rhône Alpes pour le prêt d’un analyseur en continu « TRS ». »

            Air Normand est ensuite fier d’annoncer que l’air est désormais respirable sans danger. Ce qui s’appelle se réveiller après la bataille.

*

            Titre des affiches de rue de Paris Normandie ce matin « Les étudiants des Beaux-Arts ne veulent pas quitter l’Aître ». Je m’en doutais bien. Quand j’ai appris l’autre semaine que la Mairie de Rouen avait décidé de les installer à la rentrée deux mille quatorze dans un collège désaffecté de la Grand-Mare, la première chose que je me suis dite, c’est « Ils vont faire la gueule ». Comme j’en parlais à celle qui était là samedi dernier et qui y a passé une année, elle a ajouté : « Les profs aussi doivent être dégoûtés ».

            On va maintenant voir s’ils sont aussi doués que les forains de la Saint-Romain qu’aucun Maire n’a pu faire partir des quais du centre ville.

*

Au Socrate, hier jeudi, panique de fin de repas pour trois commerçantes : elles viennent de découvrir qu’on peut mettre des commentaires sur Les Pages Jaunes. Plutôt que prendre un café, elles sortent leurs téléphones et s’empressent de s’écrire des compliments réciproques.

Par michel perdrial
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Archives

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés