Mardi 9 avril 2013 2 09 /04 /Avr /2013 08:59

« «Ma maîtresse s'appelle madame Guéret. Je suis au CP à l'école Pouchet. Je m'appelle Lida et j'ai 7 ans. » Et, « je voudrais que mon papa sorte de sa prison », ajoute l'aînée des trois enfants de Kyaram Usoyan. » ainsi commence l’article que le site de Paris Normandie consacrait samedi dernier à cette famille yéside d’Arménie qu’à l’appel du Réseau Education Sans Frontières et de certains parents d’élèves de l’Ecole Pouchet, je viens soutenir ce lundi après-midi à la sortie des classes.

Kyaram Usoyan a été arrêté le vingt-huit février à la sortie du Carrefour des Solidarités où il venait cherchait son courrier. La Police de l’Air et des Frontières a tenté de l’expulser le vingt-neuf mars, le convoyant dans l’avion de ligne pieds et mains liés. Le commandant de bord a refusé de décoller dans ces conditions. Le passager involontaire a donc été renvoyé au Centre de Rétention de Oissel. Un recours a été déposé devant la Cour Nationale du Droit d'Asile mais comme il n’est pas suspensif, Kyaram Usoyan risque une nouvelle tentative d’expulsion dimanche quatorze avril.

C’est assez dire que la situation est mauvaise pour cette famille et que l’action du jour est plus symbolique qu’autre chose. Tandis que la responsable de la Ligue des Droits de l’Homme répond aux journalistes (Paris Normandie, France Bleu Haute-Normandie) certaines font signer une pétition bien tardive. Lianna, l'épouse de Kyaram, est là avec ses trois enfants, Lida, sept ans (Ecole élémentaire Pouchet), Miléna (cinq ans, Ecole maternelle Graindor) et un bébé de neuf mois né en France. Ce soir, comme chaque jour, elle appellera le Cent Quinze qui lui trouvera au mieux une chambre pour elle et ses enfants dans l’un des foyers de la ville, au pire une chaise aux Urgences de l’Hôpital.

En rentrant je passe devant La Vie Claire. Une pancarte sur le trottoir indique fièrement : « Ici tous les fruits et légumes sont français ».

*

Les commentaires sous l’article du site de Paris Normandie en disent long sur le lectorat de ce journal et plus généralement sur les mentalités en France en deux mille treize.

*

Hollande et Valls font désormais pire que Sarkozy et ses sbires : plus moyen pour une famille d’obtenir des papiers si elle n’est pas présente depuis au moins cinq ans en France et si les enfants ne sont pas à l’école depuis au moins trois ans. La famille Usoyan est là depuis un an.

*

« Choc de compétitivité », « choc de simplification », « choc de moralité », et puis un jour le choc en retour.

Par michel perdrial
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Archives

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés