Mercredi 17 juillet 2013 3 17 /07 /Juil /2013 07:38

Il me reste néanmoins des amis, et des bons, connus grâce à ce Journal. L’un vit désormais en Suède, fidèle lecteur et correcteur en chef de mes textes (pas une coquille ne lui échappe, du moins je l’espère).

C’est également un lecteur de Rouen Chronicle, le blog du mystérieux Félix Phellion et à propos de ce dernier, il vient de faire une curieuse découverte : Félix Phellion est un personnage secondaire des Petits Bourgeois, roman inachevé d’Honoré de Balzac publié dans le tome huit des Pléiades à lui consacrées, un personnage ainsi présenté par Anne-Marie Meininger : Phellion, jobard en privé, confusionniste en politique, ancêtre préhistorique du petit bourgeois pour thèse marxiste, scrupuleux, influençable, bon ; bref, imbécile.

Essayant d’en savoir plus, je fouille dans la mémoire d’Internet, n’y trouvant rien, hormis que Félix Phellion apparaît également dans un autre roman peu connu de Balzac Les Employés.

Depuis longtemps, je pense que le Félix Phellion rouennais (qu’on ne peut reconnaître dans le portrait de celui de Balzac) ne publie pas sous son vrai nom. Lequel est-ce ? Je n’ai pas trouvé, bien qu’ayant suivi plusieurs pistes, notamment la piste Gallimard quand le chroniqueur avait écrit ceci (dix-neuf avril deux mille dix):

           Il fut un temps où j’ai rédigé un copieux travail sur Casimir Malevitch. Cet ouvrage, paru chez Gallimard au début des années Soixante, est oublié. La faute à l’éditeur et aux référencements. Vrai aussi que commande surfaite, le livre devait beaucoup (sinon tout) aux écrits de Nicolas Tarabukin, esthète soviétique. A l’époque, avec l’Union des Républiques, on faisait ce qu’on voulait. J’en suis resté là.

            Un livre oublié n’est pas un livre disparu, m’étais-je dit, on doit en trouver des exemplaires sur les sites de vente de livres d’occasion, ce qui me permettra de connaître le vrai nom de Félix. Macache, rien trouvé, à croire que Gallimard n’a jamais publié de livre sur Malevitch.

*

            Reste l’hypothèse, défendue par l’ami de Suède lors de sa dernière venue à Rouen,  l’homme au chapeau étant présent et appuyant ses dires, que je sois moi-même l’auteur des billets de Félix Phellion, mais j’y crois assez peu.

Par michel perdrial
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Archives

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés